page d’accueil_widget

Actualité du collectif

  • Table ronde sur les méthodes alternatives aux pesticides
    Table ronde sur les méthodes alternatives aux pesticides :  plus d’information ici :www.semaine-sans-pesticides.fr/… […]
  • Communiqué de Presse concernant le maïs à la phosphine bloqué au port de Brest
    En réponse à un communiqué de Triskalia (telecharger ici), voici un Communiqué de presse (telecharger ici) de : l’Union Régionale Solidaires, le Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest, le Comité de soutien aux victimes des pesticides de Triskalia, concernant le problème […]
  • Compte-rendu de réunion mensuelle du collectif du 15 février 2017
    compte-rendu de la réunion mensuelle du Collectif, le 15 février compte-rendu ici pièce jointe 1 article de presse sur l'affaire JF J. pièce jointe 2 compte-rendu de la réunion avec la mairie de Betton Nous vous invitons à signer et faire signer la pétition européenne : STOP AU GLYPHOSATE, à […]
  • Protection des populations vis à vis des épandages de pesticides : courriers et rencontres
    Protection des populations vis à vis des épandages de pesticides : courriers et rencontres 13 janvier 2017 : Rencontre de Mr de Guenin, directeur de la DRAAF (Direction Régionale de l’Agriculture, de l’Alimentation et de la Forêt) compte-rendu ici 23 déc 2016 : Rencontre avec Mr Crocq, […]
  • Maïs à la phosphine : où en est-on ?
    le 25 janvier 2017 : José BOVE et plusieurs organisations demandent une audience d’urgence à Marisol Touraine Depuis la mi-décembre, une cargaison de 25000 tonnes de maïs empoisonné à la phosphine, un biocide extrèmement toxique, est entreposée dans le port de Brest. Malgré les annonces des […]
  • Droit de vivre loin des pesticides : participez à la consultation
        L’utilisation des produits phytosanitaires était encadrée par un arrêté de 2006. Il instaurait notamment les conditions à respecter vis-à-vis du vent, l’interdiction d’application à proximité des cours d’eau et le délai pendant lequel il était impossible de […]
  • La victoire du développement durable pour Triskalia ! Farce ou exploit ?
    Après s’être fait condamner par les tribunaux pour avoir empoisonné nombre de ses salariés avec des pesticides en partie interdits, puis avoir largué ceux-ci à Pôle Emploi,  comment obtenir malgré tout la Victoire du développement durable pour l’année 2016 ? Il n’y rien de plus simple : il […]

Événements à venir

Fév
28
mar
9 h 15 min RENNES, au TASS à 9h15
RENNES, au TASS à 9h15
Fév 28 @ 9 h 15 min – 11 h 15 min
Rassemblement de soutien au Parlement de Bretagne, pour la reconnaissance en maladie professionnelle de Claude LE GUYADER et Pascal BRIGANT, avec Me LAFFORGUE
Mar
23
jeu
20 h 00 min à MELESSE (35) : ciné-débat avec...
à MELESSE (35) : ciné-débat avec...
Mar 23 @ 20 h 00 min – 23 h 00 min
Après la projection du film « la mort est dans le pré », débat avec des victimes des pesticides et des membres du Collectif.
20 h 00 min RENNES : soirée Alternatives aux...
RENNES : soirée Alternatives aux...
Mar 23 @ 20 h 00 min – 23 h 00 min
RENNES : soirée Alternatives aux pesticides @ Chambre des métiers | Rennes | Bretagne | France
Soirée Débat avec Jacques CAPLAT, Denis PEPIN, Marie Pascale DELEUME, organisée par le Collectif et la MCE, soutenu par La Bonne Assiette.
Contactez-nous

Pour suivre l'actualité du collectif par mail , abonnez-vous à notre newsletter :

Carte de localisation du siège de l'association et des victimes de pesticides que nous soutenons

cliquer sur un point pour plus de détails


Voir la carte en plein écran

Le sens de notre action

C'est avec les personnes victimes des pesticides que nous avons fait nos premiers pas.

En 2015, lorsque nous avons découvert la situation des ex-salariés de Triskalia intoxiqués par les pesticides dans leur silo de Plouisy (22) ou sur le site de Glomel (22), nous avons été profondément choqués par le drame humain vécu par chacun d'eux. Laurent, Stéphane, Pascal, Claude, Edith, Raymond sont aujourd'hui licenciés, gravement malades et vivent avec les minima sociaux.

Des vies bouleversées, des familles dans l'angoisse. Face à elles : le déni des employeurs, le silence des milieux professionnels, l'aveuglement de la Mutualité Sociale Agricole. De quoi écraser davantage encore des personnes qui resteraient isolées. C'est pour cette raison que nous avons fait du soutien aux victimes notre objectif le plus important.

Aujourd’hui, d’autres victimes des pesticides se manifestent. Paysans, salariés, riverains nous sollicitent pour les accompagner dans leur difficile combat contre l’omerta ou pour faire reconnaître que leur maladie est d'origine professionnelle. Au fil des mois, nous avons perçu à quel point la question des pesticides concernait toute la société, à quel point il était essentiel de montrer que des alternatives à l'agriculture productiviste étaient possibles.

Depuis mars 2015, avec l'aide de l'union syndicale Solidaires, nous cherchons à unir nos forces avec celles d'associations locales, régionales, européennes. Avec l'aide de la presse, nous ne cessons d'alerter l'opinion : mobilisation devant les tribunaux, organisation de soirées ciné-débat autour du film « La mort est dans le pré », courriers aux élus et administrations, pression sur la MSA, interpellation des dirigeants de Triskalia, émissions de radio, conférences de presse…

Nous sommes convaincus qu'il faut parvenir à terme à l'interdiction des pesticides. Mais nous sommes tout autant convaincus n'y aura pas de grand changement sans une mobilisation de l'opinion, sans une profonde transformation de nos façons d'agir. Nous avons considéré qu'alerter et informer la population devait faire partie de nos buts.

Pour devenir plus forts, en avril 2016, nous nous sommes constitués en association loi 1901. Nous avons créé le COLLECTIF DE SOUTIEN AUX VICTIMES DES PESTICIDES DE L’OUEST
Cette association regroupe des victimes qui, à leur tour, se battent pour les autres victimes. Elle regroupe aussi des citoyens de tous horizons et de toutes opinions : des agriculteurs, des riverains, des médecins … qui ont en commun de se battre pour les générations futures.