page d’accueil

Actualité du collectif

  • Les pesticides sont un poison comparable à l’amiante!
      Interview de Michel Besnard, président du collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’ouest , publiée dans le « mensuel de Rennes » de juillet 2017. Ce superbe article résume très bien les objectifs, actions et préoccupations du collectif .Lire […]
  • jeudi 15 juin : une bataille de gagnée dans le combat sur la toxicité des algues vertes
    Le collectif de soutien aux victimes des pesticides était présent au TASS de St Brieuc, en soutien à la famille Morfoisse. Ce jeudi 15 juin, le tribunal des affaires de sécurité sociale de Saint-Brieuc a décidé la réouverture des débats sur la reconnaissance ou non de l’accident du travail de […]
  • Thorigné-Fouillard 13 juin : paysans et riverains échangent sur les pesticides
    Mardi soir, la salle de l’auditorium de la médiathèque était complète pour assister à la discussion sur les pesticides organisée par le collectif de soutien aux victimes des pesticides ©Ouest-France 2017 […]
  • Rennes le 6 juin : Deux ex-salariés de chez Triskalia plaident la maladie professionnelle
    Union Régionale Solidaires de Bretagne, Phytovictimes et Collectif de soutien aux victimes des pesticides étions ensemble pour soutenir Claude et Pascal. Pascal Brigant et Claude Le Guyader travaillaient depuis 1986 dans l’usine Triskalia de Plouisy (22). Comme plusieurs autres salariés de la […]
  • Soutien à C. LE GUYADER et P. BRIGANT le 6 juin
      Claude et Pascal sont des ex-salariés de Triskalia (Plouisy – 22) intoxiqués par des pesticides interdits ou surdosés sur leur lieu de travail et licenciés pour inaptitude. Le 11 mai 2016, la Cour d’Appel de Rennes a demandé à la MSA Armorique de saisir le Comité Régional de Reconnaissance […]

Carte de localisation du siège de l'association et des victimes de pesticides que nous soutenons

cliquer sur un point pour plus de détails


Voir la carte en plein écran

Le sens de notre action

C'est avec les personnes victimes des pesticides que nous avons fait nos premiers pas.

En 2015, lorsque nous avons découvert la situation des ex-salariés de Triskalia intoxiqués par les pesticides dans leur silo de Plouisy (22) ou sur le site de Glomel (22), nous avons été profondément choqués par le drame humain vécu par chacun d'eux. Laurent, Stéphane, Pascal, Claude, Edith, Raymond sont aujourd'hui licenciés, gravement malades et vivent avec les minima sociaux.

Des vies bouleversées, des familles dans l'angoisse. Face à elles : le déni des employeurs, le silence des milieux professionnels, l'aveuglement de la Mutualité Sociale Agricole. De quoi écraser davantage encore des personnes qui resteraient isolées. C'est pour cette raison que nous avons fait du soutien aux victimes notre objectif le plus important.

Aujourd’hui, d’autres victimes des pesticides se manifestent. Paysans, salariés, riverains nous sollicitent pour les accompagner dans leur difficile combat contre l’omerta ou pour faire reconnaître que leur maladie est d'origine professionnelle. Au fil des mois, nous avons perçu à quel point la question des pesticides concernait toute la société, à quel point il était essentiel de montrer que des alternatives à l'agriculture productiviste étaient possibles.

Depuis mars 2015, avec l'aide de l'union syndicale Solidaires, nous cherchons à unir nos forces avec celles d'associations locales, régionales, européennes. Avec l'aide de la presse, nous ne cessons d'alerter l'opinion : mobilisation devant les tribunaux, organisation de soirées ciné-débat autour du film « La mort est dans le pré », courriers aux élus et administrations, pression sur la MSA, interpellation des dirigeants de Triskalia, émissions de radio, conférences de presse…

Nous sommes convaincus qu'il faut parvenir à terme à l'interdiction des pesticides. Mais nous sommes tout autant convaincus n'y aura pas de grand changement sans une mobilisation de l'opinion, sans une profonde transformation de nos façons d'agir. Nous avons considéré qu'alerter et informer la population devait faire partie de nos buts.

Pour devenir plus forts, en avril 2016, nous nous sommes constitués en association loi 1901. Nous avons créé le COLLECTIF DE SOUTIEN AUX VICTIMES DES PESTICIDES DE L’OUEST
Cette association regroupe des victimes qui, à leur tour, se battent pour les autres victimes. Elle regroupe aussi des citoyens de tous horizons et de toutes opinions : des agriculteurs, des riverains, des médecins … qui ont en commun de se battre pour les générations futures.